Thomas de Terneuve écrivain français


Jeune écrivain à lire, à découvrir en numérique à bas prix... ou en papier à tarif décent...

Thomas de Terneuve : des ebooks à partir de 99 centimes pour comprendre la révolution numérique : un écrivain qui avance quand tant de ses confrères attendent...


ecrivain.li : écrivain libre et que l'on li(t), que l'on lira ?
99 centimes ebook, nouveau modèle économique
cet ebook sera encore lisible en 2022 ?
Le livre en papier
comprendre le pilon

Thomas de Terneuve... Vous en entendrez parlez un jour ! Vous le lirez ?

Peut-être... mais l'écrivain sait qu'il véhicule un message iconoclaste : l'économie du livre numérique à 99 centimes est possible pour les écrivains...



comprendre le pilon


Une profession, en France, réalise de très bonnes affaires en détuisant un cinquième de sa production ! Cherchez un peu ! Editeur ! Oui, la destruction des livres en papier tourne à plein régime dans ce pays. Que savons nous du pilon ? L'enquête de Thomas de Terneuve...


Le pilon, ce que nous en savons

Sous-titré Des millions de livres détruits sur ordre des éditeurs

Papier : 7 euros 57 sur amazon.

Numérique 2 euros 99, en vente sur immateriel pour tous les formats, itunes, amazon.fr...


Informations.


Le livre en papier


Une nouvelle enquête de Thomas de Terneuve ! La librairie en France vue par l'écrivain indépendant... iconoclaste...


Le livre en papier : 25 000 points de vente inaccessibles aux auteurs indépendants. Un système à soutenir ?

Sous-titré La librairie en France vue par un écrivain indépendant

Papier : 7 euros 86 sur amazon. Franco de port.

En numérique à 2 euros et 99 centimes : sur immateriel pour tous les formats, itunes, amazon.fr...
Informations.





99 centimes ebook, nouveau modèle économique



99 centimes l'ebook, un nouveau modèle économique.

Sous-titré : un nouveau modèle économique: Un prix symbolique pourtant plus intéressant pour l'écrivain qu'une publication en livre de poche

L'ebook qui devient une référence, car il explique le nouveau marché des ebooks à 99 centimes... une utopie ? Pourtant un écrivain gagnera plus en publiant un ebook à ces 99 petits centimes qu'avec un livre de poche !

En vente à 99 centimes en numérique sur immateriel pour tous les formats, itunes, amazon.fr...

En papier, il est impossible de vous proposer ce livre 99 centimes : 6, 75 euros sur amazon.


Informations.



acheter un ebook est dangereux ?

acheter un ebook est dangereux ?

Les livres numériques achetés aujourd'hui, vous ne pourrez plus les lire dans dix ans ?. Qui a lancé cette idée ? Monsieur Nourry de chez Hachette !



En vente en numérique à 2 euros 99 sur immateriel pour tous les formats, itunes, amazon.fr...
En papier, 7, 77 euros sur amazon.

Informations.





François Fillon oeuvres indisponibles

François Fillon, le Premier ministre de la loi contre les oeuvres indisponibles du vingtième siècle, figure parmi les livres indisponibles en numérique !



Etonnant, mais personne avant octobre 2012 n'avait renvoyé François Fillon à son cher bouquin, "la France peut supporter la vérité", publié le 27 septembre 2006 par Albin Michel et toujours pas disponible en numérique ! Enorme ! Mais peut-être pas surprenant quand on sait le mauvais rôle tenu par le premier ministre de Nicolas Sarkozy dans la politique du livre durant 5 ans. Il a fait ce qu'on lui demandait de faire ?


Informations.




vous souhaitez également être votre propre éditeur ?
LIRE



Vous souhaitez également être votre propre éditeur ?
INFORMATIONS.







flux des infos rss Le SUIVRE

Si vous souhaitez soutenir cette page :




Votre avis littéraire

- le 05 janvier 2014 validé à 16 heures 12
écrit par aline : J'ai entendu parler de cette phrase de monsieur Nourry. Qui pourrait sanctionner ce genre de propos ? Les livres numériques achetés aujourd'hui, nous les lirons encore dans dix ans ! Sauf les mauvais !

- le 22 juin 2013 validé à 12 heures 51
écrit par annabelle : Vous avez raison, Malgré leur tous ensemble de la grande famille de l’édition, utilisé contre « l’ogre Amazon », les petits éditeurs essayent de survivre, et se distribuent comme ils le peuvent...

Je dors avec quatre couvertures, un couvre-lit, un pull enroulé autour de la tête, un autre au-dessus. Pas de chauffage dans la chambre. Un radiateur dans le couloir, rarement allumé, ne fonctionnant plus vraiment, valsant si souvent par la fenêtre... le lendemain matin, il va le rechercher... lui aussi, par souci du qu’en-dira-t-on... ma mère ne réussissant pas à le porter.

J’avais dix ans aussi quand, après des semaines de tentation, j’ai enfin osé subtiliser deux couteaux pointus dans le tiroir. Et chaque soir je les plaçais sous mon oreiller, le matin les cachais. Ç’avait été un mini drame ! Un de plus. Ma mère l’accusait de les avoir donnés « chez Leboc », le cafetier, pour payer ses dettes, les opinels avec lesquels elle saignait les poulets. Pour une fois, il avait raison ! Mais régulièrement des choses disparaissaient et il reconnaissait plus tard avoir réglé ainsi son ardoise.

Chaque soir je fermais donc à clé la porte de ma chambre et j’étais persuadé d’être assez vif pour saisir l’un de ces couteaux s’il la défonçait. Je m’entraînais souvent, certain qu’il voudrait m’étouffer. Un soir, à la télé, dans un film, un homme assassina sa femme avec un oreiller et il m’avait balancé « tu vois p’tit merdeux, trente secondes et t’es mort. » Comme il ignorait mes armes, oui, je pouvais, malgré mon âge, lui en planter un dans le ventre ; alors il me lâcherait et le second, il faudrait lui enfoncer dans le cou. Puis couper, couper comme ma mère un poulet. Comme le cochon. Le cochon tué chaque année. Ils l’attachaient, le basculaient sur un côté, mon père lui tenait les pattes et Léon, le tueur du village, l’égorgeait, l’animal hurlait. Ma mère avec un bassin récupérait le sang pour le boudin.

Mes couteaux sont minuscules comparés à celui du vieux Léon mais proportionnellement au cou du cochon, je dois réussir.



Passage du roman d'un de mes amis écrivains, avec son autorisation.

*



Quand j’ai lu qu’en « ex-Yougoslavie », des hommes s’étaient entraînés sur des cochons avant de partir à l’assaut de villages entiers, cette scène annuelle m’était revenue. Et mes réflexions d’alors.



*



Site officiel de Thomas de Terneuve